Design a site like this with WordPress.com
Get started

Sri Lanka Revolution

They camped for months and first the brother of the President run away and when the president did not want to leave.

All the political parties tried to calm the masses while the economic situation worsened all around the Island with shortage first and later complete absence of fuel and other necessity, speculation followed and the State was unable to provide payment for employees and imports. Collapse and deterioration followed in public trust. People from many regions hijacked trains and buses and kidnapped drivers to take them to the Capital to increase the numbers of the demonstrators and protestors. Police and military could not contain such continual flow of people and when the bad economic news reached the masses, they still asked for the departure and resignation of the President who refused and at that moment the masses went inside of the President House.

First time in the history since the French Revolution that a regime is pushed out by the will and the perseverance of popular mobilization.

The Sri Lanka people said: “from now on, no one will steal our money and direct this country thinking she or he can get away with it, they know from now on that we are here and we can invade their houses.”

Said El Mansour Cherkaoui 7/9/2022

The Prime Minister offered his resignation and the formation of a unity government, in a day of demonstrations against the President.

Sri Lankan political party leaders called for the resignation of Prime Minister Ranil Wickramasinghe and President Gotabaya Rajapaksa amid the worst economic crisis in the Southeast Asian country.

At the same time that hundreds of demonstrators took over the residence of the Head of State and then that of the Prime Minister, the leaders of the political parties agreed this Saturday in an emergency meeting that the President of the Sri Lankan Parliament, Mahinda Yapa Abeywardena, should assume the Presidency.

MP Harsha de Silva said that most of those present agreed on the need for the immediate resignation of the President and the Prime Minister.

In addition, they agreed that the Speaker of Parliament should assume the presidential office for a maximum of 30 days.

The leaders of various political groupings also called on Prime Minister Ranil Wickremesinghe to step down.

Although he initially rejected such an idea, he soon afterwards expressed his willingness to resign for “the safety of the citizens”.

In this regard, Wickremesinghe offered on Saturday his resignation and the formation of a national unity government, in a day of massive demonstrations against President Rajapaksa.

The protests in Sri Lanka have been going on for months. In recent days, they were accompanied by riots and arson. Eight people were killed, more than 200 were injured, 60 vehicles and more than 100 buildings were destroyed by fire.

The Prime Minister’s office said in a statement that Wickremesinghe “is ready” to accept the recommendation of the opposition parties, which during a meeting called by the Speaker of Parliament demanded his resignation and that of Rajapaksa for the mismanagement of the economic crisis plaguing Sri Lanka.

The offer to form a government with the presence of all political parties would serve to prevent the country from descending into chaos as it tries to obtain a loan from the International Monetary Fund (IMF), as well as to deal with fuel and food shortages.

“The island-wide distribution of fuel should begin this week, the director of the World Food Program is due to visit the country this week and the debt sustainability report for the International Monetary Fund will be finalized soon,” the ministerial office said.

Parliamentarian and Sri-Lanka Muslim Congress Party member Rauff Hakeem, who was present at the meeting, noted on Twitter the “overwhelming call” to demand the resignation of the president and prime minister by the political formations.

Les démonstrateurs ont campé pendant des mois et d’abord le frère du président s’est enfui et quand le président n’a pas voulu partir.

Tous les partis politiques ont tenté de calmer les masses alors que la situation économique s’est aggravée dans toute l’île avec une pénurie d’abord et ensuite une absence totale de carburant et d’autres nécessités, la spéculation a suivi et l’État n’a pas été en mesure de payer les employés et les importations. L’effondrement et la détérioration ont suivi dans la confiance du public. Des gens de nombreuses régions ont détourné des trains et des bus et kidnappé des chauffeurs pour les emmener dans la capitale afin d’augmenter le nombre de manifestants et de contestataires. La police et l’armée n’ont pas pu contenir un tel flux continu de personnes et lorsque les mauvaises nouvelles économiques ont atteint les masses, ils ont quand même demandé le départ et la démission du président qui a refusé et à ce moment-là, les masses sont entrées dans la maison du président.

Première fois dans l’histoire depuis la Révolution française qu’un régime est chassé par la volonté et la persévérance de la mobilisation populaire.

Le peuple sri-lankais a dit : “à partir de maintenant, personne ne volera notre argent et ne dirigera ce pays en pensant qu’il peut s’en tirer, ils savent désormais que nous sommes ici et que nous pouvons envahir leurs maisons”.

Saïd El Mansour Cherkaoui 09/07/2022

Le Premier ministre a offert sa démission et la formation d’un gouvernement d’union, lors d’une journée de manifestations contre le président.

Les dirigeants des partis politiques sri-lankais ont appelé à la démission du Premier ministre Ranil Wickramasinghe et du président Gotabaya Rajapaksa au milieu de la pire crise économique dans ce pays d’Asie du Sud-Est.

Alors même que des centaines de manifestants s’emparent de la résidence du chef de l’Etat puis de celle du Premier ministre, les chefs des partis politiques ont convenu ce samedi en réunion d’urgence que le président du Parlement sri-lankais, Mahinda Yapa Abeywardena , devrait assumer la présidence.

La députée Harsha de Silva a déclaré que la plupart des personnes présentes étaient d’accord sur la nécessité de la démission immédiate du président et du Premier ministre.

En outre, ils ont convenu que le Président du Parlement devrait assumer la fonction présidentielle pour un maximum de 30 jours.

Les dirigeants de diverses formations politiques ont également appelé le Premier ministre Ranil Wickremesinghe à se retirer.

Bien qu’il ait d’abord rejeté une telle idée, il a peu après exprimé sa volonté de démissionner pour “la sécurité des citoyens”.

À cet égard, Wickremesinghe a offert samedi sa démission et la formation d’un gouvernement d’union nationale, au cours d’une journée de manifestations massives contre le président Rajapaksa.

Les manifestations au Sri Lanka durent depuis des mois. Ces derniers jours, ils se sont accompagnés d’émeutes et d’incendies criminels. Huit personnes ont été tuées, plus de 200 ont été blessées, 60 véhicules et plus de 100 bâtiments ont été détruits par le feu.

Le bureau du Premier ministre a déclaré dans un communiqué que Wickremesinghe “est prêt” à accepter la recommandation des partis d’opposition, qui lors d’une réunion convoquée par le président du Parlement ont exigé sa démission et celle de Rajapaksa pour la mauvaise gestion de la crise économique qui sévit au Sri Lanka. .

L’offre de former un gouvernement avec la présence de tous les partis politiques servirait à empêcher le pays de sombrer dans le chaos alors qu’il tente d’obtenir un prêt du Fonds monétaire international (FMI), ainsi qu’à faire face aux pénuries de carburant et de nourriture.

“La distribution de carburant à l’échelle de l’île devrait commencer cette semaine, le directeur du Programme alimentaire mondial doit se rendre dans le pays cette semaine et le rapport sur la viabilité de la dette du Fonds monétaire international sera bientôt finalisé”, a indiqué le cabinet ministériel.

Le parlementaire et membre du Parti du Congrès musulman sri-lankais Rauff Hakeem, qui était présent à la réunion, a noté sur Twitter “l’appel massif” à exiger la démission du président et du Premier ministre par les formations politiques.

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Create a website or blog at WordPress.com

Up ↑

%d bloggers like this: